Curriculum Vitae et liste des publications

CURRICULUM VITAE

 

Domaines de recherche et d’enseignement : sociologie générale, sociologie politique, sociologie de l’État, relations internationales, droit constitutionnel et institutions politiques, États et sociétés dans le monde arabe, conflits au Moyen-Orient, mouvement national palestinien.

 

Formation Universitaire

 

2007-2013

 

Doctorat en Science Politique, mention sociologie politique, à l’Université Paris VIII.

Titre de la thèse : L'Autorité Palestinienne : les avatars d'une construction proto-étatique arabe dans un contexte de déni de souveraineté (1993-2006). 

Sous la codirection de Daniel LINDENBERG (Université Paris VIII) et Gilbert ACHCAR (School of Oriental and African Studies, University of London).

Membres du jury : Jean-Paul CHAGNOLLAUD (Université de Cergy, rapporteur), Joël BEININ (Stanford University, rapporteur), Jean-François LEGRAIN (CNRS-IREMMAM), Daniel LINDENBERG, Gilbert ACHCAR.

Soutenue le 12 décembre 2013.

Mention très honorable avec Félicitations du jury à l'unanimité et autorisation de publication en l'état. 

Bénéficiaire d’une allocation de recherche (2007-2010).

 

Résumé de la thèse : Cette thèse se propose d’étudier les dynamiques à l’œuvre dans la société palestinienne durant la période postérieure à la signature des Accords d’Oslo (1993-1994), en organisant la réflexion autour de la construction de l’Autorité Palestinienne (AP), pensée dans la continuité du parcours de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP),  et de ce qu’elle révèle des évolutions des rapports et dispositifs de pouvoir au sein de la société palestinienne. En d’autres termes, ce travail est un exercice de sociologie politique qui a pour objectif de cerner et d’analyser les relations appareil d’État-société dans les territoires palestiniens, en examinant notamment les reconfigurations des modalités d’exercice du pouvoir et la réorganisation des rapports de forces politiques et sociaux en Cisjordanie et à Gaza et, en dernière analyse, les raisons de l’échec de la construction d’une structure politico-administrative légitime et stable dans les territoires palestiniens.

 

2006-2007

 

Master 2 de Science Politique, mention sociologie politique, à l’Université Paris VIII.

Titre du mémoire de Master : L'élite du pouvoir dans les territoires palestiniens à l'heure de l'autonomie : le cas d'Hébron (1993-2006). 

Reçu avec Mention Très Bien.

 

Résumé du mémoire : Ce mémoire se propose d’étudier les changements induits, dans les territoires palestiniens, par la mise en place de l’Autorité Palestinienne en 1994, en opérant un focus sur la ville d’Hébron, la plus grande agglomération de Cisjordanie. Il s’agit notamment d’observer et d’interroger les relations entre les nouvelles élites politico-administratives et les élites traditionnelles (économiques et sociales), en d’autres termes la de « rencontre » entre un appareil d’État sans État, l’OLP, qui s’est construit et consolidé à l’extérieur des territoires palestiniens occupés, et une société «  de l’intérieur » qui s’est construite en conflit avec des centres politico-administratifs étrangers, qu’ils soient ottomans, britanniques, jordaniens, égyptiens ou israéliens.    

 

2000-2002 

 

Maîtrise de Philosophie à l’Université Paris VIII.

Titre du mémoire de maîtrise : Le matérialisme aléatoire dans les écrits tardifs de Louis Althusser.

Reçu avec Mention Très Bien.

 

Résumé du mémoire : Cette étude des derniers écrits de Louis Althusser se focalise sur l’élaboration tardive par le philosophe de la notion de « matérialisme aléatoire », pensée comme une « tradition philosophique souterraine » courant d’Épicure à Heidegger, en passant par Spinoza, Rousseau et Marx. La lecture originale de ces auteurs proposée par Althusser, est étudiée, ainsi que l’inscription de cette notion dans l’histoire de la pensée du philosophe français, en interrogeant les phénomènes de ruptures et de continuités dans les écrits althussériens et l’influence de la trajectoire personnelle de l’auteur (meurtre de son épouse et internement) sur sa philosophie.

 

1999-2000 

 

Licence de Philosophie (mentions sociologie et psychologie) à l'Université Paris I.

Deug d’Histoire à l'Université Paris I.

 

1998-1999

 

Khâgne (spécialité philosophie) au Lycée Henri IV (Paris).

 

1997-1998

 

Hypokhâgne au Lycée Chateaubriand (Rennes).

 

 


Activités d’enseignement

 

 

Septembre 2010 - septembre 2012

 

ATER au département de Droit de l’Université d’Auvergne.

2010-2011 : TD Sociologie de l’État (L1 Droit, Économie, Gestion, 96h).

2011-2012 : CM Sociologie de l’État (L1 Droit, Économie, Gestion, 64h).

        CM Sociologie Générale (L1 Droit, Économie, Gestion, 64h).

        Séances de méthodes du travail universitaire (L1 Droit, Économie, Gestion).

 

Septembre 2007 - septembre 2010           

 
Monitorat au département de Science politique de l’Université Paris VIII.

            2007-2008 : TD Droit constitutionnel comparé (L1 Science Politique, 64h).

2008-2009 : CM Relations Internationales (L2 Science Politique, 48h).

2009-2010 : TD Sociologie de l’État (L2 Science Politique, 64h).

 

Contenu des enseignements

 

Mes recherches, bien que centrées sur le cas palestinien, m’ont amené à considérablement élargir mon horizon théorique et géographique, en adoptant une démarche comparatiste. Les enseignements que j’ai dispensés à l’Université Paris VIII (monitorat) puis à l’Université d’Auvergne (ATER) s’inscrivent dans cette démarche. Ainsi mes cours de Sociologie générale, de Sociologie de l’État ou de Relations internationales se sont organisés autour des auteurs et des notions classiques de ces diverses sous-disciplines, tout en s’appuyant largement sur mes propres recherches et sur leurs apports relatifs auxdites sous-disciplines.

 

C’est ainsi que j’ai eu l'occasion, dans mes cours de Sociologie de l’État et de Relations internationales, de mettre à profit ma connaissance du cas palestinien et des formations sociales arabes, afin d’enrichir et de « décentrer » la réflexion. J’ai notamment proposé à mes étudiants de s’intéresser à des auteurs et des aires souvent méconnus, qui contribuent toutefois à affiner l’appréhension des dynamiques sociales et politiques des sociétés « du nord » comme de celles « du sud », qu’il s’agisse des modalités d’exercice du pouvoir, du caractère mouvant et pluriel des configurations et dispositifs de pouvoir ou de la centralité des dynamiques internationales dans la compréhension des dynamiques nationales.

 

C’est dans ce contexte que j’ai eu l’occasion d’encadrer les travaux de divers étudiants, de manière officielle ou officieuse, qu’il s’agisse de mémoires de licence portant sur la question palestinienne, sur les « révolutions arabes », sur les diplomaties occidentales au Moyen-Orient ou sur les courants de l’islam politique, mais aussi des mémoires de master d’anciens étudiants de mes cours de licence, ou d’autres universités, qui m’ont sollicité pour des conseils, des orientations bibliographiques ou des relectures. Au total, j’ai encadré, directement ou indirectement, une vingtaine de mémoires au cours des cinq dernières années.

 

__________

 

 

Sociologie de l’État (Paris VIII et Université d'Auvergne)

Cours organisé en cinq principaux moments : 1) Les pensées de l'État moderne (Nicolas Machiavel, Thomas Hobbes, John Locke, Jean-Jacques Rousseau) ; 2) Les approches sociologiques classiques (Max Weber, Émile Durkheim, Karl Marx…) ; 3) Les approches sociogénétiques (Norbert Elias, Charles Tilly, Perry Anderson…) ; 4) Les critiques postcoloniales de la sociologie « occidentale » de l’État ; 5) Les débats contemporains.  

 

Sociologie générale (Université d’Auvergne)

Cours organisé autour d'une dizaine d'auteurs classiques (Émile Durkheim, Karl Marx, Max Weber, Norbert Elias, Pierre Bourdieu, Erving Goffman, Howard Becker, Michel Foucault). Le cours consiste en une présentation des principaux travaux de ces auteurs, de leurs orientations méthodologiques et analytiques, en tentant d’établir un dialogue entre ces différentes sociologies. Ce cours venait « seconder » un cours de premier semestre autour des grandes notions de la sociologie.

 

Relations internationales (Paris VIII)

Cours reposant sur le principe de la complémentarité entre approche théorique et approche empirique. Il s’agit en effet tout autant de présenter les courants classiques de la théorie des relations internationales (libéralisme, réalisme, théories critiques) que de les éprouver au moyen d’études de cas, qu’il s’agisse du fonctionnement des institutions et organisations internationales, du phénomène du terrorisme international, des débats relatifs à la notion de droit d’ingérence, ou encore de conflits contemporains (Israël/Palestine, guerres d’Iraq, interventions françaises en Afrique…).

 

Droit constitutionnel comparé (Paris VIII)

Cours organisé en trois principaux moments : 1) La naissance des États modernes et leur constitutionnalisation (approche théorique et historique) ; 2) Les grands types de régimes politiques (avec notamment un « focus » sur la République Fédérale d’Allemagne, les États-Unis d’Amérique et la Grande-Bretagne, mais aussi sur des régimes non-démocratiques et totalitaires) ; 3) L’histoire des institutions politiques et des constitutions françaises.

 

Méthodes du travail universitaire (Paris VIII et Université d’Auvergne)

Cours organisé en séances thématiques : 1) La recherche bibliographique ; 2) Quel usage d’internet ? 3) Le travail de terrain (observations, entretiens) ; 4) Le commentaire de textes et/ou de documents ; 5) La dissertation.

 

 


Publications et interventions

 

 

Durant les six années de préparation et de rédaction de ma thèse, j’ai eu l’occasion de présenter les conclusions intermédiaires de mes recherches lors de divers colloques, séminaires et journées d’études, et/ou sous forme de publications, en développant notamment quatre aspects essentiels de l’expérience palestinienne : la difficile légitimation d’un centre politico-administratif au sein d’une société traversée de forces centrifuges ; la centralité de l’arrière-plan économique, et notamment de la dépendance de l’appareil d’État palestinien à l’égard des bailleurs de fonds internationaux ; la construction des forces armées palestiniennes « officielles » et leurs relations ambigües avec les forces d’occupation israéliennes ; l’inscription des trajectoires palestiniennes au sein des dynamiques régionales et internationales. 

 

 

Publications

 

1) Ouvrages

 

- L'autonomie palestinienne (1994-2000). Anatomie de l'échec du processus de construction étatique palestinien, Cahiers de l’Iremmo, Paris, 2014 (à paraître).

À la recherche de la Palestine, préface d’Alain Gresh, Le Cygne, Paris, 2011.

  

2) Direction d’ouvrages

 

- Israël : un État d’apartheid ? Enjeux juridiques et politiques (avec Céline Lebrun), Paris, L’Harmattan, 2013.

Retour sur les « révolutions arabes », Le Cygne, Paris, 2011. 

 

3) Articles de revues

 

- « Le "développement économique" palestinien : miracle ou mirage ? », Confluences Méditerranée, n°86, été 2013.

« Les révoltes arabes et la Palestine : entre blocages internes et inerties régionales ? » (avec Raphaël Porteilla), Relations Internationales, 2013/1.

- « Les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie : au service de la population ou de l’armée d’occupation ? », Moyen-Orient, n°17, janvier-mars 2013.

 

4) Chapitres d’ouvrages collectifs et d'actes de colloques

 

« Les forces de sécurité palestiniennes : un appareil répressif indigène au service de la puissance coloniale ? », dans Jean-François Daguzan et Stéphane Valter (dir.) Sociologie des forces armées arabes (à paraître).

- « La place des clans palestiniens dans la construction de l’autonomie : l’échec de l’intégration des élites traditionnelles au sein d’un dispositif (post-)colonial », dans (ouvrage collectif à paraître).

- « Hébron : le stade suprême de l’occupation israélienne ? », dans Julie Chapuis (dir.), Villes en guerre au Moyen-Orient, Paris, L’Harmattan, 2013.

- « Territoires palestiniens occupés, "Administration civile" et apartheid », dans Céline Lebrun et Julien Salingue, Israël : un État d’apartheid ?, Paris, L’Harmattan, 2013.

- « La "résistance non-violente" palestinienne et l’appel au boycott d’Israël », dans Céline Lebrun et Julien Salingue, Israël : un État d’apartheid ?, Paris, L’Harmattan, 2013.

« Révolutions arabes : vers un changement des coordonnées de la question palestinienne ? », dans Valérie Lanier et Raphaël Porteilla (coord.), Les révoltes arabes contre l'humiliation : processus et acteurs, Paris, Le Cygne, 2012.

 - « Processus révolutionnaire dans le monde arabe et question palestinienne », dans Julie Chapuis (dir.), Le Moyen-Orient en marche. Perspectives croisées, Paris, Le Cygne, 2012.

« Israël/Palestine : des économies entre intégration et séparation », dans Dominique Vidal (dir.), Israël-Palestine : Un État ? Deux États ?, Paris, Sinbad-Actes Sud, 2011.

« Un processus révolutionnaire durable, un défi épistémologique  », dans Julien Salingue (dir.), Retour sur les « révolutions arabes », Paris, Le Cygne, 2011.

« L'introuvable État palestinien », dans Sébastien Boussois (dir.), Le Moyen-Orient à l'aube du Printemps arabe, Paris, Le Cygne, 2011.  

 « Les dynamiques économiques des territoires palestiniens (1967-2010) : intégration inégale, de-development et économie-casino », dans  Rapahaël Porteilla, Jacques Fontaine, Philippe Icard et André Larceneux (dir.), Quel État ? Pour quelle Palestine ?, Paris, L’Harmattan, 2011.

- « Pouvoir central, pouvoirs locaux : l’Autorité Palestinienne et les contre-pouvoirs. Le cas d’Hébron (1993-2006) », dans Esther Benbassa (dir.), Israël-Palestine, les enjeux d’un conflit, Paris, CNRS éditions, 2010.

 

5) Articles de presse (sélection)

 

Ma spécialisation sur la question palestinienne, sujet qui fait régulièrement la « une » de l'actualité, m'a amené à être régulièrement sollicité par divers médias, pour des entretiens (Libération, Le Monde, Mediapart, Rue89, L'Express, Atlantico, Le Point, ainsi que plusieurs titres de la presse arabe francophone) ou des émissions de débat (France Inter, Radio France International, France 2, France 5, France 24, LCP, BBC, al-Jazeera), pour un total d'une soixantaine d'interventions au cours des cinq dernières années. J'ai en outre eu l'occasion de publier divers articles et tribunes, entre autres : 

 

- « Boycott, Désinvestissement, Sanctions : Alarmes israéliennes », Le Monde Diplomatique, juin 2014.

- « Oslo, 20 ans après : il n’y a jamais eu de processus de paix », Mediapart, 12 septembre 2013.

- « Palestine : la fin du cycle d’Oslo », Libération, 9 novembre 2011.

- « Assemblée générale de l'ONU : ci-gît l'Etat palestinien »Le Monde, 21 septembre 2011.

- « Cisjordanie : le retour d'une économie-casino ? »Politis, 22 avril 2010.

« Vers une troisième Intifada ? »Le Monde, 22 mars 2010. 

 

 

Participation à des colloques et programmes de recherche

 

1) Colloques internationaux

 

- « Palestine 1994-2014 : l’échec de la construction d’un appareil d’État indigène intégré au dispositif de domination coloniale », Intervention lors du Colloque international « Penser l’émancipation » (Paris Ouest-Nanterre, 19-22 février 2014).

- « L’appel au boycott d’Israël : une reconfiguration de la résistance palestinienne ? », Intervention lors du colloque international « Grèves et conflits sociaux. Approches croisées de la conflictualité (XVIIIe siècle à nos jours) » (Dijon, 15-17 mai 2013). 

 - « The traditional elites, the PA elites and the "aid industry" elites. Cooperation, competition and conflict.  » Intervention lors du Colloque  international « The Palestinian Political Economy : daily practices, sustainability and prospects  » (Université d'Hébron, Palestine, 16-17 novembre 2011).

 « Le mouvement Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) contre Israël : arguments juridiques d’une campagne politique. » Intervention lors du Colloque international « Israël-Palestine : 3 questions contemporaines de droit international », organisé à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) (avril 2011). 

 « Après le Congrès de Béthléem : où va le Fatah ? » Intervention lors du Colloque  international « L’après-Oslo : la construction nationale palestinienne entre État et diaspora » co-organisé par le Consulat de France à Jérusalem, l’IFPO, l’Université an-Najah (Naplouse) et la Faculté de Droit de l’Université de Bir Zeit (Palestine, novembre 2009).

 

2) Colloques Nationaux

 

«  Peut-on maintenir l’ordre dans des territoires sous occupation ? Une étude des nouvelles forces de sécurité palestiniennes. » Intervention lors du colloque « La sociologie des formes armées dans l'espace arabo-musulman » (Université du Havre, 10-11 mai 2012).

 - « Campagne BDS et résistance populaire palestinienne. » Intervention lors du colloque « Israël : un État d'apartheid ? » (Saint-Denis, 28 février 2012).

-  « Territoires palestiniens occupés : "Administration Civile" et Apartheid », Intervention lors du colloque « Israël : un État d'apartheid ? » (Saint-Denis, 27 février 2012).

 « L’introuvable État palestinien» Intervention lors du Colloque « Du Maghreb au Golfe : nouvelles dynamiques et identités au Moyen-Orient » (Paris, avril 2011).   

« Les dynamiques économiques des territoires palestiniens (1967-2010) : intégration inégale, de-development et économie-casino. »  Intervention lors du Colloque « Quel État palestinien ? Histoires, réalités et perspectives » (Université de Bourgogne, novembre 2009). 

-  « Pouvoir central, pouvoirs locaux : l’Autorité palestinienne et les contre-pouvoirs. Le cas d’Hébron (1993-2006) », intervention lors du colloque « Israël-Palestine, état des lieux » (Paris, avril 2009).

 

3) Journées d’études/séminaires (sélection)

 

- « État d’Israël et État de Palestine après les élections législatives israéliennes », table ronde organisée par l’institut MEDEA (Bruxelles, 21 février 2013).

« Les forces de sécurité palestiniennes de Cisjordanie : au service de la popultion indigène ou des autorités coloniales ? », intervention lors du séminaire « La question palestinienne au prisme du colonial : qu'est-ce que le colonialisme fait aux études palestiniennes ? » (EHESS/IISMM, Paris, 11 janvier 2013). 

« Les révoltes arabes et leurs conséquences dans les territoires palestiniens. » Intervention lors du workshop « La perception israélienne des révoltes arabes », organisé par le CCMO (Paris, 17 octobre 2012).

 -  « Processus révolutionnaires arabes et question de Palestine. » Intervention lors de la journée d'études « Printemps Arabes : illusions et désillusions » (Lille III, 23 novembre 2011).

 - « Processus révolutionnaires dans le monde arabe : vers une reconfiguration de la question palestinienne ?  » Intervention lors de la journée d'études « Printemps Arabes : jeux et enjeux  » (Dijon, 14 novembre 2011).

 « L’Autorité Palestinienne : un appareil d’État sans État au défi de forces sociales centrifuges» Intervention lors du séminaire du Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) (Lyon, avril 2010).

 « Les générations du mouvement national palestinien et du mouvement de solidarité avec la Palestine» Intervention lors du séminaire « Rapports sociaux et action collective » (Université Paris VIII) (Paris, décembre 2009).

« L'élite du pouvoir dans les territoires palestiniens. » Intervention lors du séminaire doctorants du  Laboratoire de Théorie du Politique (Labtop, Paris VIII, novembre 2009).

 « La "résistance non-violente" dans les territoires palestiniens : changement de stratégie ou recherche d’une légitimité nouvelle ? » Intervention lors du séminaire « Violence, droit et Justice », co-organisé par le Laboratoire de Théorie du Politique (Labtop), l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP) et le Groupe de Sociologie Politique et Morale (GSPM) (juillet 2009).


Activités et responsabilités collectives

 

 

Le département de science politique de l’Université Paris VIII est mon département d’origine, au sein duquel je me suis, durant les trois années où j’y enseigné, impliqué dans les diverses activités collectives, ainsi que dans celles du Laboratoire Théories du Politique (LabTop) et du séminaire des doctorants. À partir de 2010, la rédaction de ma thèse et mon recrutement à l’Université d’Auvergne ont compliqué cette tâche (du fait notamment de mes allers-retours entre Paris et Clermont-Ferrand), mais je me suis alors investi dans la mise en place d’une groupe de jeunes chercheurs, le CCMO.

 

Le Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient a pour vocation de réunir des jeunes chercheurs spécialisés sur le Moyen-Orient en faisant le choix délibéré de l’interdisciplinarité, afin d’offrir aux doctorants et jeunes docteurs un cadre collectif d’élaboration et de travail. J’en ai été durant deux ans le secrétaire et le responsable des publications, en supervisant notamment les relectures des articles mis en ligne sur le site internet du CCMO, ainsi que la coordination et l’édition de divers « cahiers » et ouvrages collectifs regroupant des contributions de divers jeunes chercheurs.

 

Cette expérience enrichissante s’est en outre doublée de l’organisation, via le CCMO ou avec certains de ses membres, de séminaires, colloques et journées d’études réunissant juristes, historiens, politistes et sociologues, et traitant de thèmes divers, des « révolutions arabes » à la question palestinienne en passant par les phénomènes diasporiques ou la situation des jeunesses au Moyen-Orient. Il s’agit notamment de proposer des cadres à de jeunes chercheurs afin de leur faire bénéficier d’une dynamique collective et de supports pour rendre visibles leurs travaux.


 

Présentation

  • Le blog de Julien Salingue
  • : Docteur en Science politique (Université Paris 8), ancien enseignant à l'Université d'Auvergne et à Paris 8, mes recherches portent sur le mouvement national palestinien et sur les dynamiques politiques, sociales et économiques en Palestine.
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Recherche

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés