A la recherche de la Palestine : introduction du livre

Publié le par Julien Salingue

Texte publié le 19 avril sur le site oumma.com

 

Couvbouquin2Genèse du livre

 

Mon premier déplacement dans les territoires palestiniens remonte à avril 2001. J’étais alors davantage animé par un sentiment de solidarité spontanée avec une population en butte à la répression d’une armée d’occupation que par un quelconque intérêt scientifique ou journalistique. Cette première rencontre demeure, 10 années plus tard, un souvenir d’une extrême violence, à l’image de celle qui sévissait alors dans des territoires où chaque jour apportait son lot de nouvelles victimes.

 

Violence de la découverte d’une situation d’occupation militaire prolongée et de ses déclinaisons multiples, dont la perversité n’avait d’égal que l’invisibilité médiatique. Violence de la marginalisation politique, économique et sociale de pans entiers de la population palestinienne par un leadership largement contesté, mais accueilli et célébré, notamment dans le « mouvement de solidarité » français, comme seule représentation palestinienne légitime et, de ce fait, incritiquable. Violence, en substance, du décalage entre une Palestine imaginée et une Palestine vécue, une Palestine-rêve et une Palestine-réalité.

 

Durant les dix jours qu’aura duré cette première prise de contact, je n’ai pu qu’effleurer ce que je peux nommer aujourd’hui la « double complexité palestinienne » : complexité des mécanismes et des effets protéiformes de l’occupation militaire ; complexité de la scène politique et sociale palestinienne. C’est mû par une volonté d’appréhender et de rendre compte de cette double complexité que j’ai pris la décision, en septembre 2001, de m’installer dans les territoires palestiniens.

 

J’ai visité villes, villages et camps de réfugiés durant plusieurs mois, aux côtés de mon père Pierre-Yves et de sa compagne palestinienne Jamalat. Témoin d’un changement qualitatif dans la répression israélienne, de la militarisation et de la « dé-popularisation » de la lutte palestinienne, j’ai tenté de parfaire ma compréhension de la question palestinienne tout en essayant de rapporter le plus fidèlement possible, via internet, la rapide dégradation de la situation « sur le terrain ».

 

Les textes que j’écrivais alors ont été publiés sur divers sites internet, au fur et à mesure que je les rédigeais, sous le titre générique « Chroniques d’un séjour en Palestine occupée ». Lorsque je les relis aujourd’hui, je réalise l’ampleur du chemin parcouru tout en mesurant à quel point cette expérience des années 2001-2002 a largement façonné mon appréhension de la question palestinienne, y compris sur le plan universitaire.

 

Ce sont des centaines de Palestiniens que j’ai alors rencontrés. Hommes, femmes, jeunes, vieux, militants ou non, se revendiquant du Fatah, du Hamas ou de la Gauche, membres de groupes armés, d’ONG ou d’associations… Des centaines de conversations, d’échanges, d’expériences partagées, au cours desquels j’ai découvert la Palestine et ses habitants.

 

Je faisais alors, sans le savoir, une partie significative du « terrain » de ma thèse. Des « observations » qui ont eu lieu, dans l’angoisse, lors de longues journées et nuits de couvre-feu à Béthléem ou à Naplouse, tandis que dehors, les chars patrouillaient et les obus explosaient. Des « entretiens » qui se sont tenus, dans les larmes, sur les ruines des maisons détruites du camp de réfugiés de Jénine. Des « observations participantes » qui se sont déroulées, dans la terreur, à l’abri des toits en tôle des maisons du camp de réfugiés de Khan Younes, sous le ballet des drones et des F16.

 

Ces angoisses, ces larmes et ces terreurs partagées avec la population palestinienne m’ont, durant plusieurs années, privé de toute possibilité de « mise à distance » dans mes écrits : les textes et articles que je rédigeais alors étaient empreints de considérants essentiellement idéologiques. Le temps passant, j’ai progressivement pris conscience de cette faiblesse originelle et entrepris de la dépasser en lisant divers ouvrages théoriques et historiques. Mais c’est à partir de 2006, lorsque Gilbert Achcar m’a proposé de rédiger, sous sa direction, un mémoire de master en science politique portant sur les élites d’Hébron, que j’ai pu réellement engager ce travail d’objectivation de la question palestinienne.

 

Les articles contenus dans ce livre ont tous été écrits dans cette période « post-master » qui a coïncidé avec des événements participant d’un changement de coordonnées majeur en Palestine : la victoire électorale du Hamas en janvier 2006 et la consommation du schisme au sein du mouvement national. La périodisation choisie pour cet ouvrage est donc liée à ma trajectoire personnelle mais aussi, comme on va le voir à présent, aux évolutions de la question palestinienne elle-même.

 

La seconde mort du processus d’Oslo


La victoire du Hamas lors des élections législatives de janvier 2006 peut en effet être considérée comme la « seconde mort » des Accords d’Oslo.

 

Présentés lors de leur signature comme une étape dans le règlement de la question palestinienne via la mise en place d’une « autorité d’auto-gouvernement intérimaire », ces accords ne se sont avérés être, à l’épreuve des faits, qu’un moyen pour Israël de poursuivre l’occupation par d’autres moyens. En transférant la gestion des zones palestiniennes les plus densément peuplées à une entité proto-étatique autochtone (l’Autorité palestinienne) tandis que le règlement de l’ensemble des questions politiques majeures (statut de Jérusalem, colonies, réfugiés) était différé à d’hypothétiques « négociations sur le statut final », l’Etat d’Israël et ses parrains occidentaux ont opéré un changement de paradigme : la satisfaction des droits nationaux du peuple palestinien, pourtant consacrés par les résolutions de l’ONU, était subordonnée à la capacité de l’Autorité palestinienne à maintenir l’ordre dans les quelques territoires évacués par l’armée israélienne.

 

Dans le même temps, le nombre de travailleurs palestiniens autorisés à se rendre en Israël s’effondrait, tandis que les points de contrôle, barrages et checkpoints israéliens se multipliaient dans les territoires occupés. L’Autorité palestinienne affirmait que la libération était proche à une population qui voyait, en outre, le nombre de colons israéliens doubler entre 1993 et 2000. Les contradictions inhérentes au « processus de paix » ont explosé au grand jour en septembre 2000, avec le soulèvement consécutif à la visite d’Ariel Sharon sur l’esplanade des mosquées qui n’a été, on le comprend, que l’étincelle qui a fait déborder le vase. La fragilité de l’hypothèse des Accords d’Oslo s’est à cette occasion manifestée de la manière la plus visible qui soit : nul gouvernement, quand bien même il serait issu de l’OLP, ne pouvait imposer « l’ordre et la sécurité » tant que les droits nationaux du peuple palestinien seraient bafoués.

 

La violence de la répression israélienne et la faillite stratégique de la direction historique du mouvement national palestinien ont conduit à un rapide essoufflement de la « deuxième intifada ». Mais les élections de janvier 2006 ont rappelé à qui ne voulait pas l’entendre que la population palestinienne n’avait pas renoncé à lutter pour ses revendications. A l’issue d’un scrutin que l’on peut qualifier d’ « Intifada électorale », elle a en effet donné une majorité de gouvernement au Hamas : conscients des enjeux du scrutin, les Palestiniens ont souhaité de la sorte exprimer leur volonté de continuer à lutter pour leurs droits légitimes tout en exigeant une amélioration de leurs conditions de vie quotidiennes. Et force est de reconnaître que c’est le Hamas, organisation présente dans l’ensemble des territoires occupés, offrant un profil sans compromis vis-à-vis d’Israël et une assistance réelle à la population, qui incarnait le mieux, quelles que soient les appréciations que l’on peut porter sur ce courant, cette aspiration.

 

Ce vote, qui n’était pourtant qu’une confirmation de l’échec manifeste du « processus de paix », a été tout simplement rejeté par l’ensemble des parrains du processus d’Oslo, qui ont refusé de reconnaître la victoire du Hamas et ont soutenu, contre le choix de la majorité de la population des territoires occupés, la direction sortante de l’Autorité palestinienne. Du boycott du Hamas au soutien à la nomination de Salam Fayyad au poste de premier ministre, alors qu’il n’avait obtenu qu’un peu plus de 2% des voix, la myopie des thuriféraires d’Oslo les a conduits à des choix diplomatiques des plus hasardeux. A l’encontre des faits.

 

Ce sont ces faits que les articles regroupés dans cet ouvrage entendent rapporter. Sans aucune prétention à l’exhaustivité, la somme des études, chroniques et interviews proposées tente de prendre le contrepied d’une rhétorique dominante qui vise à gommer l’approfondissement des contradictions que sous-tend la double complexité palestinienne. Ecrits entre 2007 et 2011, souvent au cours de séjours dans les territoires occupés, ces articles n’ont pas vocation à aborder l’ensemble de ces contradictions, mais plutôt à les illustrer en mêlant tranches de vie, entretiens avec des acteurs significatifs et analyses des tendances socio-politiques à l’œuvre en Cisjordanie et à Gaza.


Ils ont été classés par thème, et non par ordre chronologique. Réfugiés palestiniens, « putsch » de Gaza, crise du Fatah… Ces regroupements n’ont pas été opérés pour la commodité de la lecture, mais parce qu’ils font sens : les thématiques ainsi abordées permettent de cerner un certain nombre de questions qui sont autant de problématiques saillantes pour celles et ceux qui souhaitent mieux appréhender, au-delà des illusions générées par le prétendu « processus de paix », les dynamiques qui traversent les territoires et le mouvement national palestiniens.

 

« Neutralité » et « actualité » des thèses défendues


Deux questions restent posées : l’actualité des articles contenus dans l’ouvrage et la « neutralité » de leur auteur, étant donné son parcours.

 

Pour commencer par ce dernier point, je ne considère pas que le contexte dans lequel j’ai « rencontré » la Palestine soit un handicap insurmontable. Bien au contraire. Comme je l’ai indiqué plus haut, je ne conteste pas le fait que mes premières expériences en Cisjordanie et à Gaza ont largement façonné mon appréhension de la question palestinienne. Mais elles m’ont aussi et surtout permis de développer un large réseau de contacts dans les territoires palestiniens et des relations de confiance avec nombre des interlocuteurs cités, implicitement ou explicitement, dans cet ouvrage. Je crois, modestement, que c’est précisément la combinaison entre une « entrée » militante et un cadre d’analyse universitaire qui fait l’originalité de ce livre.

 

L’empathie n’est pas contradictoire avec la prise de distance nécessaire à l’analyse, pas plus que l’engagement ne le serait avec l’intégrité intellectuelle. Les deux principales contraintes que je me suis imposé lors de la rédaction des articles qui suivent sont celles de la rigueur et de l’honnêteté. Je ne revendique pas une quelconque neutralité qui, dans des situations où le déséquilibre dans les rapports de forces est aussi flagrant que dans le conflit opposant Israël aux Palestiniens, équivaut à un accompagnement, conscient ou non, des mécanismes de domination. Sans renier la subjectivité qui imprègne tout écrit, quelles que soient ses prétentions scientifiques, j’essaie de tendre vers l’objectivité telle que Paul Ricoeur la définit dans Histoire et vérité : « L’objectivité ici doit être prise en son sens étymologique strict : est objectif ce que la pensée méthodique a élaboré, mis en ordre, compris et ce qu’elle peut ainsi faire comprendre ».

 

Cette aspiration à la rigueur et à l’honnêteté n’a pas vocation à délégitimer les critiques, et je ne nie pas le caractère polémique de certaines des thèses défendues dans ce livre. Je tiens cependant à souligner ici que les reproches que j’ai pu essuyer au cours des dernières années émanaient tout autant de farouches partisans de l’Etat d’Israël que de certains soutiens proclamés de la « cause palestinienne ». Les premiers m’ont souvent accusé de « dissimuler ma haine d’Israël sous un vernis scientifique », tandis que les seconds me reprochaient de « faire le jeu du sionisme ». Cet élément n’est évidemment pas une preuve per se de la rigueur du travail proposé au lecteur, qui reste seul juge de la qualité des textes qui suivent.

 

Le 3 octobre 2010, le Président palestinien de facto Mahmoud Abbas déclarait qu’il refuserait tout dialogue avec Israël si le gel de la colonisation de la Cisjordanie n’était pas reconduit. Le même jour, le Chef d’Etat-major israélien sortant Gaby Ashkenazi était en « visite » à Béthléem, où il rencontrait des responsables des forces de sécurité palestiniennes. La coïncidence de ces deux événements apparemment contradictoires est à l’image du décalage de plus en plus flagrant entre, d’un côté, les gesticulations diplomatiques visant à ranimer un « processus de paix » en état de mort clinique et, de l’autre, la réalité du terrain, la poursuite de la politique expansionniste israélienne et l’intégration de plus en plus forte de l’Autorité palestinienne à l’appareil de l’occupation.

 

Les « Palestine Papers » révélés en janvier 2011 par la chaîne qatarie al-Jazeera confirment ces tendances : la faiblesse du niveau d’exigence des négociateurs palestiniens est inversement proportionnelle au durcissement des positions israéliennes ; dans le même temps, la coopération entre les services de sécurité palestiniens et israéliens n’a jamais été aussi forte. Tandis qu’Israël refuse des propositions qui équivalent pourtant à un renoncement aux revendications essentielles du peuple palestinien (droit au retour des réfugiés, souveraineté sur Jérusalem…), certains dirigeants de l’OLP lui suggèrent de réoccuper le sud de la Bande de Gaza pour mieux contrôler et étouffer le Hamas.

 

Cette situation, que l’on pourrait qualifier de burlesque si elle n’était pas tragique, est l’expression la plus brute des contradictions inhérentes de l’hypothèse d’Oslo et confirme l’orientation générale des articles contenus dans cet ouvrage. Sous nos yeux, c’est une parenthèse qui se referme : le « processus de paix » est une fiction, l’autonomie palestinienne une chimère, et le Président de l’Autorité palestinienne n’a de Président que le nom. La décomposition du système mis en place par les Accords d’Oslo s’accélère et c’est l’idée même d’un Etat palestinien indépendant qui est en train de disparaître. L’Etat d’Israël sera alors confronté à une situation qu’il a toujours voulu éviter mais dans laquelle sa politique l’aura inexorablement conduit : des Palestiniens ne luttant pas pour une entité politique indépendante mais pour l’égalité totale des droits, au sein d’un même Etat.

 

Julien Salingue, février 2011

Publié dans Articles d'analyse

Commenter cet article